close
Groupement national des Animateurs en Gérontologie
Chargement en cours
Logo GAGG.A.G
Les clés de la coopération animateurs/directeurs (liens vers vidéos)
Credit photo : GAG - David Séguéla

Les clés de la coopération animateurs/directeurs (liens vers vidéos)

publié le : 28 déc. 2023

Bernard Hervy (vice-président et fondateur du GAG) et Pascal Champvert (AD-PA) sont des personnalités incontournables du secteur "vieillesse". Ils concluent la séquence de synthèse des carrefours d'échanges du congrès 2023.

La séquence intégrale est visible en regardant les deux vidéos suivantes (Youtube ne permet pas pour les comptes comme le notre de diffuser des vidéos de plus de 15 mn).

  • Les clés de la coopération animateurs/directeurs, 1ère partie.

  • Les clés de la coopération animateurs/directeurs, 2nde partie.

Un accord sans ambiguïté sur le point central : le respect de la parole des personnes âgées.

Pour les deux grands témoins de cette séquence, il ne fait aucun doute que le sens de l'action des animateurs et des directeurs repose sur la capacité à écouter et à entendre l'expression des anciens. C'est ce matériau qui donnera la direction des actions à conduire. Bernard Hervy insiste sur le constat d'une évolution constante d'une attente "des vieux" comme il dit, lui qui depuis 40 ans insiste pour que toute démarche de projet d'établissement s'appuie sur une enquête solide pour recueillir leurs attentes. Ses observations appuient le bienfondé de cette recommandation : il a observé des évolutions notables, comme l'augmentation très forte des attentes en ce qui concerne l'inter-génération par exemple. Il souligne aussi l'importance d'encore et toujours insister sur l'accompagnement de l'envie de vivre, sans galvauder cette notion avec une vision corporatiste et donc auto-centrée, celle correspondant aux "besoins" de la culture soignante. Cette erreur (qui part paradoxalement d'une envie de bien-faire) néglige donc la dimension essentielle de l'accompagnement pour le public et va jusqu'à créer des tensions inter-professionnelles majeures car les identités et les cultures d'une partie des acteurs (dont les animateurs) sont trop souvent niées et dénigrées.

La complexité de la définition du mot "sens".

Pascal Champvert ne dit pas autre chose quand il décline les trois définitions possibles du terme sens : la direction, la signification et la dimension sensorielle. En rappelant l'importance de prendre en compte ces trois dimensions, il explique le caractère global de l'accompagnement et il en fait une "feuille de route" : le directeur et l'animateur, mais aussi l'ensemble des acteurs, doivent travailler de concert pour déterminer un chemin structurer autour de la prise en compte des attentes exprimées par le public pour qu'ensemble l'action soit porteuse de sens et d'effets positifs.

Un appel pour que le GAG s'investisse dans Citoyennage.

Pour ancrer cette quête de sens dans le réel, Pascal Champvert souligne l'importance d'agir au quotidien avec détermination, en s'appuyant notamment sur la démarche participative portée par Citoyennage. Il ouvre d'ailleurs la porte au GAG pour que les animateurs prennent une place dans ce dispositif. Le GAG examine attentivement cette proposition et des échanges vont avoir lieu dans les prochains mois à ce sujet.

La question du vote pour les personnes âgées fragiles : passer du "comment permettre" vers le "comment faciliter".

Bernard Hervy revient aussi sur un point crucial concernant le droit de vote des plus fragiles : la question n'est plus de savoir comment le permettre, car la loi Beloubet prévoir désormais depuis plusieurs années le vote pour tous. L'enjeu est plus pragmatique : il s'agit de mettre en place concrètement les dispositifs qui vont concrétiser ce droit. L'idée est bien de "faciliter" cet accès à la citoyenneté.

La vie sociale : ça se manage ou ça n'anime ?

Enfin, un dernier angle s'impose pour mieux comprendre les coopérations entre animateurs et directeurs : la vie sociale, ça se manage ou ça s'anime ? Une réponse unqiuement centrée sur l'une ou l'autre des approches seraient erronées. Bernard Hervy souligne l'importance du rôle des directeurs pour garantir des coopérations harmonieuses entre des professionnels ayant un même public à accompagner mais avec des prismes, des cultures et des richesses différentes. Manager la vie sociale, c'est réussir à faire cohabiter ces acteurs. Animer, c'est une autre compétence, et c'est à l'animateur d'intervenir sur cette dimension !